Archives de Tag: social media

Le transmédia en Tunisie : des pratiques transplateformes de quelques organisations à l’ère des médias sociaux

Crédit photo @immerse

Remarque : Cet article a été publié sur le site de l’Observatoire Arabe du Journalisme

Le domaine des sciences de l’information et de la communication ne cesse de se transformer et de se recomposer, en raison du développement des supports numériques (smartphone, tablette, etc.). Ces derniers ont participé à la recomposition du champ de la communication et à l’émergence de nouvelles stratégies de communication, adoptées par les organisations.

Nous sommes passés ainsi de l’ère du « plurimédia » à l’ère du « transmédia », car au-delà de la transformation du contenu et de l’écriture médiatique, le champ de la communication repose de plus en plus sur des médias participatifs nouveaux facilités par les outils numériques (Facebook Live, Storify, hashtag, etc.)

Aujourd’hui, la stratégie de « transmédia » s’impose. Il s’agit de « cette pratique qui consiste à développer un contenu narratif sur plusieurs médias en différenciant le contenu développé et les capacités d’interaction en fonction des spécificités de chaque média ».

Cette synergie entre les médias permet de prolonger et enrichir le contact. Le plus souvent, le média complémentaire est Internet, car il permet de l’interactivité, ne limite pas l’information transmise et permet également la collecte d’information sur l’audience. À titre d’exemple, au cours d’une campagne télé, nous pouvons renvoyer le téléspectateur vers une vidéo en ligne ou vers un jeu sur Internet.

Exemples de campagnes transmédiatiques tunisiennes

En Tunisie, nous avons vécu ces dernières années des transformations majeures suite au développement des pratiques des Tunisiens sur le web et à l’émergence des médias sociaux, ce qui a engendré de nouvelles types de campagne de communication lancées par les organisations tunisiennes ces dernières années.

Nous avons ainsi étudié la stratégie de communication adoptée par quelques organisations tunisiennes (étatiques, publiques et privées) actives dans différents domaines à savoir : la chaine « Nesma TV », le Ministère Tunisien du Tourisme et de l’Artisanat et l’entreprise Délice Danone.

Il s’agit d’une part, de définir les pratiques transplateformes et examiner l’implication de ces organisations dans les plateformes du web social et d’autre part, d’étudier le rôle du public récepteur dans la campagne.

**Campagne de « Discover Tunisia»

Cette campagne a été lancée par le Ministère Tunisien du Tourisme et de l’Artisanat afin d’inciter les Européens à visiter la Tunisie.

Ainsi, une web-série filmée par des bloggeurs étrangers originaires de différents pays du monde (Grande Bretagne, France, Italie et Allemagne) et dont l’intitulée est « True Tunisia », a été diffusée sur la chaine YouTube « Discover Tunisia ».

En fait, les bloggeurs ont fait le tour de la Tunisie et ont filmés leurs parcours. Puis ils ont partagé ceci avec la communauté web sous forme de séquences vidéo. Une page Facebook « Discover  Tunisia » a été également lancée et sur laquelle, les vidéos de la chaine YouTube ont été partagées. Puis sur cette page Facebook, un jeu en ligne a été lancé pour attirer les internautes.

Mise à part Facebook et YouTube, un site web « Discover Tunisia » disponible en neuf langues a été également lancé. Sur ce site, ont été partagées des informations sur les différentes villes touristiques de la Tunisie. Ceci a eu d’ailleurs, un impact positif sur le tourisme, étant donné que la Tunisie a accueilli jusqu’au 31 août 2017, 4,6 millions de touristes et enregistré un retour progressif des marchés traditionnels, notamment celui de la France qui a enregistré, au cours de la même période, une progression de 44%.

Grâce à cette campagne, la Tunisie a remporté lors du concours de l’Organisation Mondiale du Tourisme tenu en 2017, le premier prix de la meilleure campagne publicitaire touristique en Afrique.

**Campagne de « Danup banafé»

Crédit Photo @Prodelacom

Cette campagne a été également créée par l’entreprise gastronomique « Délice Danone », afin de lancer un nouveau parfum de son produit « Danup ». C’est en réalité un mélange de deux parfums : café et banane, appelé « Danup Café Banane ».

L’organisation a choisi donc de signer un partenariat de promotion avec la chaine TV « El Hiwar Ettounsi » via son emission «Oumour-Jeddeya» (Choses sérieuses). Lors de cette émission, l’animateur a annoncé le lancement d’un nouveau fruit intitulé « Banafé » qui a vu le jour dans une ferme située dans la région de Bèja (Nord-Est de la Tunisie). Il s’agit d’une banane qui a le goût de café, une nouvelle invention qui présente une fierté pour la Tunisie, selon les dires de l’animateur. Une page Facebook a été d’ailleurs lancée avec le nom « Ferme de banafe – فيرمة البانافي ». Suite à la diffusion de cette émission qui a enregistré sur YouTube un nombre de vues égale à 364.857, ce passage télévisé, publié sur la page Facebook « Ferme de banafé » a enregistré 26 710 vues et 82 604 réactions.

Quelques jours plus tard, une deuxième apparition télévisée dans l’émission « Labes » (Tout va bien) a eu lieu. Il s’agissait de l’intervention du jeune fermier, appelé Dali, le concepteur de ce nouveau fruit « Banafé ». Lors de son intervention, il a expliqué le processus de l’invention du Banafé. En effet, de nombreux internautes ont cru à cette histoire et ont réagi sur la page Facebook à travers des clics j’aime ou des commentaires.

Enfin, lors d’un deuxième passage dans l’émission « Oumour Jeddya », l’animateur a annoncé qu’il s’agit du lancement d’un nouveau produit de l’organisation « Délice Danone ». Par conséquent, comme réponse à cette annonce, les publics internautes ont annoncé l’invention de nouvelles saveurs à savoir Banalouz (un mélange de Banane et d’amande) et le Banafraise (un mélange de banane et fraise). Ces inventions ont été partagées sur le compte Instagram de l’organisation.

De même, l’organisation a lancé un jeu « banakey » dont la machine se trouve dans les grandes surfaces telles que « Géant Tunis » et la manette de ce jeu était sous forme d’une banane. Les photos des participants à ce jeu ont été partagées sur Facebook.

**Campagne du jeu mobile «Chakaponks»

Crédit photo @Nesma

Cette campagne a été lancée par la chainé télévisée privée « Nesma TV ». C’est un jeu mobile en ligne qui consiste à interviewer des hommes politiques. Une conférence de presse a eu lieu pour annoncer le démarrage de ce jeu mobile. Une émission TV a été également diffusée pour parler de l’actualité de ce jeu.

De même, une page Facebook et un site web ont été mis à la disposition des télé-internautes. Sur ces plateformes, ont été publiés toutes les informations relatives à cette émission, notamment les photos de la conférence de presse.

Le processus du jeu est simple. En temps réel, le téléspectateur envoie un message téléphonique à « Nesma TV » pour obtenir des micros. Ces micros permettront au joueur d’accéder en ligne, à la liste des chakaponks (les politiciens). Il sélectionne ainsi les politiciens qu’il souhaite interviewer. Quand le joueur finira d’interviewer un nombre précis de chakaponks, il sera invité au plateau de l’émission pour recevoir sa récompense.

Pour conclure,

Les organisations tunisiennes multipliaient auparavant les supports pour toucher le maximum de publics alors qu’aujourd’hui, le public touché circule d’un support vers un autre, sous l’effet du transmédia storytelling.

À travers les exemples de campagnes transmédiatiques évoqués, nous confirmons que la déclinaison des spots publicitaires dans des espaces numériques différents participe à l’enrichissement de la campagne de communication. Donc le web propose aux organisations un gain potentiel en termes de ciblage des publics potentiels. Ce qui les invite à développer les pratiques transplateformes.

Par contre, ce sont toujours les médias classiques qui diffusent le contenu principal. Les supports web sont utilisés souvent pour toucher d’autres publics, ceux qui sont présents sur le web sinon pour détourner le public présent en temps réel vers le web. Donc chaque support a son identité et sa spécificité. Le transmédia permet de transférer les publics d’un support vers un autre, en touchant les pratiques habituelles de cette cible.

Notons ainsi que cette étude était l’objet d’une communication publiée dans les actes du colloque de l’Université Le Havre, tenue en France, du 06 au 08 juin 2018. Ce colloque avait comme intitulé : « Transparence et opacité des traces numériques « . 

Remarque : Lire également Josiane Jouët : Transparence et opacité des traces numériques

 

Publicités

Nouha Belaid « My story with social media »

2

In 2008, we started using social networks in Tunisia. I was studying mass media and communication and I was working as a freelance journalist with a well-known Tunisian newspaper. I remember once, I have published an article about social networks. I said that Facebook is a huge database for the United States. One has to mention that the Internet was invented by the Pentagon.

In 2011, the Revolution took place in Tunisia. Some thought that it’s a Facebook. Nothing has been scientifically proven. Since that date, I became interested in social networks but my point of view was different. Although, I believe that these social networks, which are owned by the United States, can be beneficial to other areas (economy, culture.etc.).

From 2011, I started doing research about social networks. I subscribed in most social networks, just to determine the specifics of each network and observe the behavior of people, whatever the field of use of these digital social networks … I created Facebook pages and groups… I tried to read all books (published all over the world) which talk about this issue… and I tried to build online relationships with experts around the world…. And I remember when I presented my master to Mr. Renaud De La Brosse (a French researcher), he appreciated the topic because it has never been treated. My master thesis was talking about the use of social networks by politicians. I wanted to know if politicians’ Facebook pages are considered as an area of democracy and ​​free speech. I analyzed the behavior and reactions of users. My Director of Research has also encouraged me. So, I got my master’s with honors and I had the price of scientific excellence from the University of Manouba. Moreover, my research document was composed of more than 400 pages. The jury thought that this was a PHD dissertation.

I have got a doctoral scholarship from the Ministry of Higher Education to achieve my PHD in Montreal University (Canada) but I haven’t found a Research Director for the September session. I was obliged to wait until the February session. Meanwhile, I gave up my job as a communication consultant and public relations at a communication agency and I joined the Central University as an educational coordinator of journalism and communication department, a university teacher and Communications Officer. I use social networks to teach (http://fr.slideshare.net/BelNou/un-modle-denseignement-dun-cours-en-ligne)

At the same time, I was active in community life. So as a member of the Tunisian Social Media Club, I has organized with friends many workshops dealing with topics related to social networks. I have been even involving my students. As a case in point, the workshop about social TV.

I felt underpaid in my new job. So I enrolled in the Tunisian PHD program. I chose to analyze the experience of television on social networks. This time, three approaches have heckled me: the sociological approach, the economic approach and the legal approach.

At the end of December, I presented to my boss a communication strategy for 2014 in which I talked about social networks. He appreciated my report and told me that he intended to create a community management service of which I will be responsible. No university in Tunisia has a community management team and even companies work with the agency of communication and marketing. At first, the launch of such service was not easy because there aren’t people who have degrees in this field in Tunisia. The minority who works in this area are graduated of universities of marketing, communication and business. And then I prepared a training program for new recruits.

The service of the community management was composed of twenty community managers. They provided content on social networks of the University. You have to know that the Central University has nine official Facebook pages, a twitter account, a Linkedin account, a Google + page and a YouTube channel. It has also unofficial Facebook pages.

  • Facebook Pages

https://www.facebook.com/universitecentraledetunisieref=ts&fref=tshttps://www.facebook.com/universitecentraleentunisie

https://www.facebook.com/universitecentraletunisie

https://www.facebook.com/universitecentraletunis

https://www.facebook.com/universitecentraletunis

https://www.facebook.com/universitecentraletunis

https://www.facebook.com/universitecentraletunis

https://www.facebook.com/universitecentraletunis

https://www.facebook.com/universitecentraletunis

  • Twiter account

https://twitter.com/UCentrale

  • Linkedin account

http://tn.linkedin.com/pub/universite-centrale/22/ab6/287

  • YouTube Channel

http://www.youtube.com/channel/UCaa-YUoN0h60TMjk9DULCDA

  • Google+

https://plus.google.com/+UniversitecentraleNetTunisie

 

On social networks of the Central University, you will find the news of its schools (6 schools). The service also covers instantly some events. And the service provides content for the university’s websites. It has 6 websites.

At the end of each month, the service provided a final report consisting of four parts: Internet monitoring, social networks, claims and proposals.

The service cooperated with the web service, graphic service and audiovisual service. But each person working at the University represents a source of information. And community managers have learned the art of photography and editing. The end of this experience was in December 2014.

Meanwhile, I organized several workshops to convince people by the importance of social networks. I launched in April 2014, the first call in Tunisia about New Media literacy. And I even started scientific research. The Last one was presented in Toulon (France), in June 2014. The topic was on the role of social networks in spreading the Turkish series « Harem Soltan / The magnificent century) as an example. And I have contacted the community managers of social networks of this famous series in different Arab countries. So, whenever any approach interested me … I tried to get more information on it.

 Then, I considered the community manger team as a focus group which would allow me to propose a plan to develop this field.

To organize occasional workshops about social networks is interesting but I am more interested in scientific research. A minority of people in Tunisia has an idea about this job and a minority also knows that they are being manipulated on the Net. I want firstly to teach people the best use of social networks and how to take advantage but I also want to know the right way to influence the public opinion on Internet and how to use digital social networks.

This is my story with social media.