Archives de Tag: réseaux sociaux

Nouha Belaid « My story with social media »

2

In 2008, we started using social networks in Tunisia. I was studying mass media and communication and I was working as a freelance journalist with a well-known Tunisian newspaper. I remember once, I have published an article about social networks. I said that Facebook is a huge database for the United States. One has to mention that the Internet was invented by the Pentagon.

In 2011, the Revolution took place in Tunisia. Some thought that it’s a Facebook. Nothing has been scientifically proven. Since that date, I became interested in social networks but my point of view was different. Although, I believe that these social networks, which are owned by the United States, can be beneficial to other areas (economy, culture.etc.).

From 2011, I started doing research about social networks. I subscribed in most social networks, just to determine the specifics of each network and observe the behavior of people, whatever the field of use of these digital social networks … I created Facebook pages and groups… I tried to read all books (published all over the world) which talk about this issue… and I tried to build online relationships with experts around the world…. And I remember when I presented my master to Mr. Renaud De La Brosse (a French researcher), he appreciated the topic because it has never been treated. My master thesis was talking about the use of social networks by politicians. I wanted to know if politicians’ Facebook pages are considered as an area of democracy and ​​free speech. I analyzed the behavior and reactions of users. My Director of Research has also encouraged me. So, I got my master’s with honors and I had the price of scientific excellence from the University of Manouba. Moreover, my research document was composed of more than 400 pages. The jury thought that this was a PHD dissertation.

I have got a doctoral scholarship from the Ministry of Higher Education to achieve my PHD in Montreal University (Canada) but I haven’t found a Research Director for the September session. I was obliged to wait until the February session. Meanwhile, I gave up my job as a communication consultant and public relations at a communication agency and I joined the Central University as an educational coordinator of journalism and communication department, a university teacher and Communications Officer. I use social networks to teach (http://fr.slideshare.net/BelNou/un-modle-denseignement-dun-cours-en-ligne)

At the same time, I was active in community life. So as a member of the Tunisian Social Media Club, I has organized with friends many workshops dealing with topics related to social networks. I have been even involving my students. As a case in point, the workshop about social TV.

I felt underpaid in my new job. So I enrolled in the Tunisian PHD program. I chose to analyze the experience of television on social networks. This time, three approaches have heckled me: the sociological approach, the economic approach and the legal approach.

At the end of December, I presented to my boss a communication strategy for 2014 in which I talked about social networks. He appreciated my report and told me that he intended to create a community management service of which I will be responsible. No university in Tunisia has a community management team and even companies work with the agency of communication and marketing. At first, the launch of such service was not easy because there aren’t people who have degrees in this field in Tunisia. The minority who works in this area are graduated of universities of marketing, communication and business. And then I prepared a training program for new recruits.

The service of the community management was composed of twenty community managers. They provided content on social networks of the University. You have to know that the Central University has nine official Facebook pages, a twitter account, a Linkedin account, a Google + page and a YouTube channel. It has also unofficial Facebook pages.

  • Facebook Pages

https://www.facebook.com/universitecentraledetunisieref=ts&fref=tshttps://www.facebook.com/universitecentraleentunisie

https://www.facebook.com/universitecentraletunisie

https://www.facebook.com/universitecentraletunis

https://www.facebook.com/universitecentraletunis

https://www.facebook.com/universitecentraletunis

https://www.facebook.com/universitecentraletunis

https://www.facebook.com/universitecentraletunis

https://www.facebook.com/universitecentraletunis

  • Twiter account

https://twitter.com/UCentrale

  • Linkedin account

http://tn.linkedin.com/pub/universite-centrale/22/ab6/287

  • YouTube Channel

http://www.youtube.com/channel/UCaa-YUoN0h60TMjk9DULCDA

  • Google+

https://plus.google.com/+UniversitecentraleNetTunisie

 

On social networks of the Central University, you will find the news of its schools (6 schools). The service also covers instantly some events. And the service provides content for the university’s websites. It has 6 websites.

At the end of each month, the service provided a final report consisting of four parts: Internet monitoring, social networks, claims and proposals.

The service cooperated with the web service, graphic service and audiovisual service. But each person working at the University represents a source of information. And community managers have learned the art of photography and editing. The end of this experience was in December 2014.

Meanwhile, I organized several workshops to convince people by the importance of social networks. I launched in April 2014, the first call in Tunisia about New Media literacy. And I even started scientific research. The Last one was presented in Toulon (France), in June 2014. The topic was on the role of social networks in spreading the Turkish series « Harem Soltan / The magnificent century) as an example. And I have contacted the community managers of social networks of this famous series in different Arab countries. So, whenever any approach interested me … I tried to get more information on it.

 Then, I considered the community manger team as a focus group which would allow me to propose a plan to develop this field.

To organize occasional workshops about social networks is interesting but I am more interested in scientific research. A minority of people in Tunisia has an idea about this job and a minority also knows that they are being manipulated on the Net. I want firstly to teach people the best use of social networks and how to take advantage but I also want to know the right way to influence the public opinion on Internet and how to use digital social networks.

This is my story with social media.

Publicités

Tunisie – Facebook a-t-il déclenché les événements du 17 décembre 2010 ?

Fb révolution

N.B: Cet article a été publié le 05 Janvier 20115, dans le journal algérien « Chiffres d’affaires », après l’avoir actualisé.

Le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi, un jeune chômeur, s’immole par le feu, devant le gouvernorat de Sidi Bouzid (ouest de la Tunisie). Et depuis, plusieurs manifestations ont eu lieu contre la dictature. Le slogan de ces manifestations était «  travail, liberté et dignité ». Mais est ce que Facebook a déclenché ces manifestations tenues dans le cadre des événements du 17 décembre 2010 ?… Si c’était le cas, pourquoi Facebook n’a pas déclenché une révolution en Palestine ?

Le 14 janvier 2011, Ben Ali a quitté le pays après avoir prononcé des discours qui n’ont pas plu au peuple tunisien. On parle aujourd’hui, du président déchu qui s’est installé en Arabie Saoudite. Or, jusqu’à aujourd’hui nous nous  n’arrive pas à nommer les évènements du 17 décembre 2010 ou du 14 janvier 2011. Certains disent que c’est une révolution et d’autres pensent que c’est juste un soulèvement.

« C’est un  mouvement dépourvu d’une direction et d’un programme révolutionnaire, il ne correspond à aucun des modèles auxquels on a pris l’habitude de se référer pour parler de révolution, ni aux révolutions démocratiques dont le prototype est la révolution française, ni aux révolutions socialistes, ni aux révolutions nationales contre la colonisation, ni à la révolution islamique de l’Iran…etc. C’est un mouvement social qui s’est politisé progressivement plus par le rejet du pouvoir de Ben Ali et de sa politique que par adhésion à  un projet ou à un programme politique », tel qu’il a été expliqué par  Mohamed Chérif Ferjani (universitaire) dans son article «  Inspiration et perspectives de la révolution tunisienne », publié en 2011, dans « cahiers de confluences Révoltes Arabes : premiers regards ».

Au lendemain du 14 janvier,  d’anciens et de nouveaux  partis politiques ont commencé à émerger, jusqu’à ce que les élections de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) aient été tenues le 23 octobre 2011, date des premières élections démocratiques dans l’histoire de la Tunisie. Et voilà que nous avons élu, le 26 octobre 2014,  le deuxième conseil du peuple et nous participerons prochainement, au deuxième tour des élections présidentielles. Mais jusqu’à présent, nous ignorons si vraiment Facebook a déclenché les événements du 17 décembre 2010 ou non.

Développent des pratiques des tunisiens sur la toile

Dans son livre «  Extensions du domaine des médias », Sadok Hammami (universitaire) a mis l’accent sur l’émergence de l’Internet dans la société tunisienne et l’évolution des usages des réseaux sociaux notamment Facebook. Il a souligné que ce sont les jeunes générations qui se sont intéressées au début à l’Internet et aux réseaux de partage, d’échange et de communication. Or, l’arrivée de l’Internet a élargi les champs de l’influence politique en tant qu’un moyen de renouvellement de la politique. Il a crée une sorte d’interactivité et de participation des publics. Sadok Hammami affirme «  L’Internet est présenté … comme une nouvelle agora ouverte où l’on peut pratiquer enfin une démocratie directe ou une cyberdémocratie».

Il a évoqué dans l’un de ses ouvrages  l’expression « Internet Social » qui signifie selon lui «  des communautés d’internautes organisées en fonctions d’intérêts communs (comme musique, le sport et même des intérêts professionnels), liés par l’amitié et animées par le désir de rester en contact avec les amis ».

business-team-communication-9594035

Il y a eu ainsi, l’émergence des blogs qui permettaient à des catégories sociales exclues de la communication publique « de disposer d’un moyen d’expression individuel ». Idem pour Facebook.  Internet a permis aux marginalités politiques sociales ou culturelles « d’acquérir une visibilité sociale », en favorisant «  le contournement des multiples dispositifs de censure, de contrôle et de coercition ».

Nombreuses sont les aventures vécues par les bloggeurs tunisiens au moment du déclenchement de ces événements, à savoir : Haythem Mekki (ByLasKo), Slim Amamou (@Slim404), Lina Ben Mhenni (Tunisian Girl), Sami Ben Gharbia (co-fondateur de Nawaat), Azyz Amami (@Azzyoz), Sofiane Chourabi, Yassine Ayari, Emna Ben Jemaa (Emma Benji).etc.

Noté dans l’enquête de Abdelaaziz Hali (journaliste reporter au journal Tunisien « La Presse »), les mouvements des bloggeurs  ont commencé réellement en 2010, « quand Amine Kouchlef exaspéré par la censure sur la Toile tunisienne posta une photo sur facebook dénonçant l’excès de censure dans nos contrées avec une pancarte où était écrit : « Sayeb Salah » ».

Popularisation de Facebook en Tunisie

En fait, Facebook a connu une popularité en Tunisie, à partir de 2009. Sadok Hammami affirme que «  les usages de Facebook ne se limitent pas uniquement à la sphère personnelle. De plus en plus de Tunisiens utilisent Facebook à des fins politiques et idéologiques ». Il ajoute que «  Facebook élargit les possibilités de communication publique en permettant aux gens ordinaires et aux personnes marginalisées d’intervenir dans le débat public ».

Après les évènements du 14 janvier 2011, les réseaux sociaux ont commencé à posséder beaucoup plus de l’ampleur. Il y a même ceux qui pensent que Facebook a crée ces évènements.

Dans l’ouvrage de Mounir Bensaleh (spécialiste en SIC), « Réseaux sociaux et révolutions arabes », publié en 2012, le médecin et le blogueur marocain Hisham Almiraat déclare « ll serait un peu exagéré de prétendre qu’Internet a suffi à imposer le respect de la dignité des citoyens. Mais, il y a beaucoup participé dans notre région du monde (le monde arabe) dans le sens où  il a donné une voix au citoyen ordinaire ».

De son coté, Latifa Choukri, blogueuse marocaine et photographe animatrice pense que «  les médias sociaux ont dévoilés des sujets très sensibles que les médias traditionnels ne pouvaient pas aborder en toute liberté et objectivité. Facebook et Twitter sont des instruments qui permettent de montrer les abus, soulever les vraies préoccupations du peuple, et bien entendu faire tomber les tabous quels qu’ils soient : politiques, sociaux, religieux, économiques ».

Ce qui est sûr et certain, c’est que Facebook était présent dans le quotidien tunisien mais pour des usages personnelles ou à vocation commerciale ou culturelle. Mais jamais nous nous rappelons de l’usage de ce média social à vocation sociale ou politique. Au contraire, même l’usage culturel ou économique a évolué après ces événements. Auparavant, les publications des internautes se limitaient au changement de photos de profits, au partage des chansons d’amour et de chagrin et aux commentaires liés à l’actualité des artistes.

Bien que l’accès à Facebook sur le téléphone portable soit gratuit grâce à l’opérateur téléphonique Oorido (ex Tunisiana), les tunisiens étaient trop fermes dans leurs usages. Et généralement, les contestataires du régime de Ben Ali avaient recours  au blog notamment le BLOGSPOT de Google.

Auparavant les tunisiens partageaient aussi les chansons et les séquences vidéos sur Facebook. On ne parlait ni de Haute résolution ou de Full Hd, mais plutôt de vidéo de qualité médiocre qui ne dure que quelques minutes alors que nous utilisons un matériel audiovisuel sophistiqué dans nos chaines ou dans nos agences de production. L’accès à YouTube était tout simplement interdit. Il fallait se connecter à travers Hotspot par exemple, pour visionner des vidéos déjà publiées par des opposants tunisiens résidents à l’étranger sur YouTube.  Les cas de censure étaient nombreux sur la toile et c’est dû à Ammar 404 auquel n’échappe aucune personne curieuse.

Facebook, déclencheur de la révolution ?

A l’époque de Ben Ali, les régions du nord de la Tunisie et des régions sahéliennes profitaient des bonnes conditions de vie et ce sur tous les plans (éducation, santé, culture, économie.etc) alors que les autres régions étaient méprisés par le régime pour des raisons qu’on ignore réellement jusqu’à présent. Si chaque pays du monde cherche à développer l’infrastructure de toutes ses régions, le régionalisme tunisien était au cœur des problèmes sociaux et politiques et tunisiens.

Tout le monde souffrait mais quelques uns osaient parler. Les autres se taisaient sous-prétexte d’être emprisonnés ou torturés. C’est pour cela que certains pensent que les vrais militants sont ceux qui ont contesté le régime de Ben Ali à haute voix et non pas ceux qui ont croisé les bras en attendant que les événements du 17 décembre 2010 aient lieu. D’autres pensent que ceux qui ont quitté le pays  et contesté le régime de Ben Ali depuis les châteaux de Londres ou de Paris ne sont pas considérés comme des militants aussi, vu qu’ils profitaient à l’étranger d’une belle vie au moment où les tunisiens du nord-est ou du centre ou du sud du pays souffraient.

Mais est ce qu’il y avait Facebook dans ces régions de contestation en Tunisie ? Il y avait le 0.facebook mais il n’y avait pas une bonne connexion Internet. Et d’ailleurs, au moment de la révolution, les bloggeurs étaient appelés à ramener une clé Orange 3 G+ pour avoir accès au monde virtuel et encore, la connexion n’était pas de bonne qualité. Ce qui confirme nos doutes sur l’élément déclencheur de ces événements.

Beaucoup de sociologues dont leurs travaux de recherche se trouvent à la faculté de 9 avril et autres universités tunisiennes et étrangères, confirment que c’est la situation sociale dont souffraient ces contestataires tunisiens qui les a poussés à révolter.

 Et si nous relisons l’enquête de Abdelaaziz Hali (journaliste reporter au journal Tunisien « La Presse »), le bloggeur Amine Korchef a protesté sur la toile suite à la grève  des agents de l’Agence Tunisienne de l’Internet (ATI), en 2010. Quelque soit le motif de la grève, il y avait une situation sociale qui poussé ce bloggeur à bouger sur la toile. En parallèle, le pays vibrait depuis 2008, sous le rythme des grèves des employés de Phosphate Gafsa qui en ont marre de leur situation lamentable. De même, le slogan de ces événements était «  travail, liberté et dignité ». Que des causes sociales !

Entre autres, les faits confirment que Facebook a joué un rôle primordial au moment des événements du 17 décembre 2010 mais ce sont les problèmes sociaux dont souffrait le pays qui ont enflammé la situation. A partir du moment que les gens ont découvert l’interactivité du web 2.0, ils se sont accaparés la toile pour révolter et tout le monde suivait la révolte de ce peuple qui a décidé du jour au lendemain de rompre avec la dictature.

C’est juste une supposition scientifiquement prouvée par des recherches qui se trouvent dans les bibliothèques de nos universités mais tout le monde dit que Facebook est l’acteur moteur. Alors on se demande : Pourquoi Facebook n’a pas déclenché une révolution en Palestine ?

mon article

Nouha Belaid

belaid.nouha@gmail.com

Facebook et les autres réseaux sociaux, peuvent-ils être une source d’information pour les journalistes ?

Informer & Communiquer – Depuis que Facebook est devenu un support d’information pour la plus part des gens, les professionnels du domaine du journalisme se demandaient si ce canal de communication est fiable. Il y en a même ceux qui ont critiqué les professionnels qui se posaient cette question. Pour plusieurs journalistes et experts en médias (notamment ceux qui font partie de l’ancienne génération), Facebook et les autres réseaux sociaux se présentent seulement en tant que des moyens de distraction.

Mais, nous avons découvert au fil des années que le rôle par exemple, de Facebook ne se limite pas à la distraction. Facebook est devenu aussi un moyen efficace en matière de marketng, de communication, d’événementiel et d’information. Alors comment Facebook et les autres réseaux sociaux se manifestent-ils dans le domaine du journalisme ?

Il suffit de se demander combien dans le monde entier, d’hommes politiques, d’acteurs de Hollywood et des joueurs de football possèdent des pages Facebook ?… Et si vous doutez sur la fiabilité de la page, il y a déjà le signe en bleu que Facebook accorde à la page pour montrer qu’elle est vérifiée (le contenu est fiable). Donc, c’est à vous de se mettre à la place d’un journaliste tunisien qui trouve une déclaration du Président Américain Barack Obama publiée sur sa page Facebook officielle, est ce que la déclaration est fiable ? Bien sûr que oui. Au lieu, que le bureau de communication de la Maison Blanche se limite à envoyer un communiqué de presse aux médias américains, il publie aussi l’information sur Facebook vu que le public de ce réseau social est plus large et l’information pourra toucher les journalistes du monde entier.

2014-08-26-19-57-57-1898987170

Donc Facebook est soumis à la culture de la mondialisation. Dans ce cas, tout usage journalistique d’information publiée sur la page Facebook ou le compte Twitter officiel d’une vedette est faisable. Vous pouvez même meubler votre article avec une vidéo publiée sur le support officiel et parfois un ensemble de photos. C’est le cas aussi pour LinkedIn et Viadéo qui représentent plutôt les entreprises économiques.

Il est à noter que si la page n’est pas vérifiée, vous devrez contacter la personne concernée et vérifier auprès d’elle l’information publiée sur la page. Parfois, le nombre de clics j’aime de la page pourrait être un indicateur pour mesurer la fiabilité de la page.

Où est le problème ?

Le problème concerne plutôt les pages Facebook à vocation générale dont le propriétaire est anonyme. Certains journalistes sont tellement toujours à la recherche d’un scoop qu’ils oublient de vérifier l’information auprès de la personne concernée. Mais la déontologie du métier du journalisme vous oblige à contacter l’héros de votre article afin de présenter au public une information crédible.

2014-08-26-19-58-05--1895385533

Malheureusement en Tunisie, nous avons vécu maintes fois une période d’instabilité informationnelle à cause des rumeurs lancées par certains journalistes qui publient directement l’information publiée sur Facebook, sans penser aux répercussions. La presse électronique d’ailleurs, est victime des rumeurs publiées sur les réseaux sociaux vu qu’elle se caractérise par l’instantanéité de l’information. Ces fautes ont systématiquement une influence sur l’image du média.

Pour résumer, nous pourrons avoir recours à certains réseaux sociaux comme source d’information pour mener un travail journalistique. Mais dans certains cas, il faut vérifier auprès de la source officielle. De même, il faut toujours diffuser l’information telle qu’elle a été publiée sur le réseau social. Et pour développer vos liens avec les personnalités, vous pouvez leur envoyer le lien de votre article ou votre reportage pour qu’ils vous ajoutent à leur base de journalistes. Et faites attention en ce qui concerne la vie privée de ces personnalités. Certaines informations ne devront pas être publiées sinon vous risquez d’être sanctionné.

 

Nouha Belaid

Comment surveiller gratuitement les pages Facebook de vos concurrents?

Nous cherchons tous à savoir ce que font nos concurrents. Nous avons ainsi créé notre stratégie de veille sur Internet notamment sur Facebook. Mais, nous nous sommes limités à aimer les pages Facebook des concurrents, en suivant quotidiennement leurs actualités affichées sur leurs murs.

L’opération s’avère compliquée parce que nous devons à chaque fois, écrire le nom du concurrent dans la barre de recherche. A vous d’imaginer la durée de notre opération quotidienne si nous parlons d’un nombre élevé de concurrents.

Facebook a développé  alors certaines options qui vous font gagner du temps, en assurant une bonne veille.

Premièrement, Facebook vous permet de créer une liste de concurrents. Si vos concurrents sont actifs dans plusieurs domaines, vous pouvez les répartir sur plusieurs listes.  Vous trouverez alors votre liste au-dessous de la colonne de gauche dans votre page d’accueil. Il suffit de cliquer sur l’option « Intérêts » et vous ajoutez  ensuite vos pages

.1

Votre liste peut être ouverte à tout le monde, visible uniquement pour vos amis ou seulement par vous-même. Dans le cas d’une veille concurrentielle, vous choisirez probablement la dernière option «  moi uniquement ».

Les publications des pages Facebook de vos concurrents seront directement affichées  dans votre liste d’intérêts. E,t à chaque fois que votre concurrent publie un contenu sur sa page, vous recevrez une notification.

Deuxièmement, Facebook met à votre disposition une nouvelle fonctionnalité qui vous permet de suivre cinq concurrents. Arrivée en mois d’août sur les pages anglaises, cette fonctionnalité de surveillance des concurrents Facebook est désormais visible sur quelques pages tunisiennes.

Il suffit d’ajouter  dans le tableau de bord de votre page les cinq pages concurrentes et vous pourrez désormais suivre leur évolution.

2

Donc, utilisez ces deux options pour surveiller gratuitement  les pages Facebook de vos concurrents. Vous aurez une revue quotidienne et détaillée qui vous aidera à appliquer les objectifs de votre stratégie de communication.

 Nouha Belaid