Archives de Catégorie: Transmédia / Crossmédia

Le transmédia en Tunisie : des pratiques transplateformes de quelques organisations à l’ère des médias sociaux

Crédit photo @immerse

Remarque : Cet article a été publié sur le site de l’Observatoire Arabe du Journalisme

Le domaine des sciences de l’information et de la communication ne cesse de se transformer et de se recomposer, en raison du développement des supports numériques (smartphone, tablette, etc.). Ces derniers ont participé à la recomposition du champ de la communication et à l’émergence de nouvelles stratégies de communication, adoptées par les organisations.

Nous sommes passés ainsi de l’ère du « plurimédia » à l’ère du « transmédia », car au-delà de la transformation du contenu et de l’écriture médiatique, le champ de la communication repose de plus en plus sur des médias participatifs nouveaux facilités par les outils numériques (Facebook Live, Storify, hashtag, etc.)

Aujourd’hui, la stratégie de « transmédia » s’impose. Il s’agit de « cette pratique qui consiste à développer un contenu narratif sur plusieurs médias en différenciant le contenu développé et les capacités d’interaction en fonction des spécificités de chaque média ».

Cette synergie entre les médias permet de prolonger et enrichir le contact. Le plus souvent, le média complémentaire est Internet, car il permet de l’interactivité, ne limite pas l’information transmise et permet également la collecte d’information sur l’audience. À titre d’exemple, au cours d’une campagne télé, nous pouvons renvoyer le téléspectateur vers une vidéo en ligne ou vers un jeu sur Internet.

Exemples de campagnes transmédiatiques tunisiennes

En Tunisie, nous avons vécu ces dernières années des transformations majeures suite au développement des pratiques des Tunisiens sur le web et à l’émergence des médias sociaux, ce qui a engendré de nouvelles types de campagne de communication lancées par les organisations tunisiennes ces dernières années.

Nous avons ainsi étudié la stratégie de communication adoptée par quelques organisations tunisiennes (étatiques, publiques et privées) actives dans différents domaines à savoir : la chaine « Nesma TV », le Ministère Tunisien du Tourisme et de l’Artisanat et l’entreprise Délice Danone.

Il s’agit d’une part, de définir les pratiques transplateformes et examiner l’implication de ces organisations dans les plateformes du web social et d’autre part, d’étudier le rôle du public récepteur dans la campagne.

**Campagne de « Discover Tunisia»

Cette campagne a été lancée par le Ministère Tunisien du Tourisme et de l’Artisanat afin d’inciter les Européens à visiter la Tunisie.

Ainsi, une web-série filmée par des bloggeurs étrangers originaires de différents pays du monde (Grande Bretagne, France, Italie et Allemagne) et dont l’intitulée est « True Tunisia », a été diffusée sur la chaine YouTube « Discover Tunisia ».

En fait, les bloggeurs ont fait le tour de la Tunisie et ont filmés leurs parcours. Puis ils ont partagé ceci avec la communauté web sous forme de séquences vidéo. Une page Facebook « Discover  Tunisia » a été également lancée et sur laquelle, les vidéos de la chaine YouTube ont été partagées. Puis sur cette page Facebook, un jeu en ligne a été lancé pour attirer les internautes.

Mise à part Facebook et YouTube, un site web « Discover Tunisia » disponible en neuf langues a été également lancé. Sur ce site, ont été partagées des informations sur les différentes villes touristiques de la Tunisie. Ceci a eu d’ailleurs, un impact positif sur le tourisme, étant donné que la Tunisie a accueilli jusqu’au 31 août 2017, 4,6 millions de touristes et enregistré un retour progressif des marchés traditionnels, notamment celui de la France qui a enregistré, au cours de la même période, une progression de 44%.

Grâce à cette campagne, la Tunisie a remporté lors du concours de l’Organisation Mondiale du Tourisme tenu en 2017, le premier prix de la meilleure campagne publicitaire touristique en Afrique.

**Campagne de « Danup banafé»

Crédit Photo @Prodelacom

Cette campagne a été également créée par l’entreprise gastronomique « Délice Danone », afin de lancer un nouveau parfum de son produit « Danup ». C’est en réalité un mélange de deux parfums : café et banane, appelé « Danup Café Banane ».

L’organisation a choisi donc de signer un partenariat de promotion avec la chaine TV « El Hiwar Ettounsi » via son emission «Oumour-Jeddeya» (Choses sérieuses). Lors de cette émission, l’animateur a annoncé le lancement d’un nouveau fruit intitulé « Banafé » qui a vu le jour dans une ferme située dans la région de Bèja (Nord-Est de la Tunisie). Il s’agit d’une banane qui a le goût de café, une nouvelle invention qui présente une fierté pour la Tunisie, selon les dires de l’animateur. Une page Facebook a été d’ailleurs lancée avec le nom « Ferme de banafe – فيرمة البانافي ». Suite à la diffusion de cette émission qui a enregistré sur YouTube un nombre de vues égale à 364.857, ce passage télévisé, publié sur la page Facebook « Ferme de banafé » a enregistré 26 710 vues et 82 604 réactions.

Quelques jours plus tard, une deuxième apparition télévisée dans l’émission « Labes » (Tout va bien) a eu lieu. Il s’agissait de l’intervention du jeune fermier, appelé Dali, le concepteur de ce nouveau fruit « Banafé ». Lors de son intervention, il a expliqué le processus de l’invention du Banafé. En effet, de nombreux internautes ont cru à cette histoire et ont réagi sur la page Facebook à travers des clics j’aime ou des commentaires.

Enfin, lors d’un deuxième passage dans l’émission « Oumour Jeddya », l’animateur a annoncé qu’il s’agit du lancement d’un nouveau produit de l’organisation « Délice Danone ». Par conséquent, comme réponse à cette annonce, les publics internautes ont annoncé l’invention de nouvelles saveurs à savoir Banalouz (un mélange de Banane et d’amande) et le Banafraise (un mélange de banane et fraise). Ces inventions ont été partagées sur le compte Instagram de l’organisation.

De même, l’organisation a lancé un jeu « banakey » dont la machine se trouve dans les grandes surfaces telles que « Géant Tunis » et la manette de ce jeu était sous forme d’une banane. Les photos des participants à ce jeu ont été partagées sur Facebook.

**Campagne du jeu mobile «Chakaponks»

Crédit photo @Nesma

Cette campagne a été lancée par la chainé télévisée privée « Nesma TV ». C’est un jeu mobile en ligne qui consiste à interviewer des hommes politiques. Une conférence de presse a eu lieu pour annoncer le démarrage de ce jeu mobile. Une émission TV a été également diffusée pour parler de l’actualité de ce jeu.

De même, une page Facebook et un site web ont été mis à la disposition des télé-internautes. Sur ces plateformes, ont été publiés toutes les informations relatives à cette émission, notamment les photos de la conférence de presse.

Le processus du jeu est simple. En temps réel, le téléspectateur envoie un message téléphonique à « Nesma TV » pour obtenir des micros. Ces micros permettront au joueur d’accéder en ligne, à la liste des chakaponks (les politiciens). Il sélectionne ainsi les politiciens qu’il souhaite interviewer. Quand le joueur finira d’interviewer un nombre précis de chakaponks, il sera invité au plateau de l’émission pour recevoir sa récompense.

Pour conclure,

Les organisations tunisiennes multipliaient auparavant les supports pour toucher le maximum de publics alors qu’aujourd’hui, le public touché circule d’un support vers un autre, sous l’effet du transmédia storytelling.

À travers les exemples de campagnes transmédiatiques évoqués, nous confirmons que la déclinaison des spots publicitaires dans des espaces numériques différents participe à l’enrichissement de la campagne de communication. Donc le web propose aux organisations un gain potentiel en termes de ciblage des publics potentiels. Ce qui les invite à développer les pratiques transplateformes.

Par contre, ce sont toujours les médias classiques qui diffusent le contenu principal. Les supports web sont utilisés souvent pour toucher d’autres publics, ceux qui sont présents sur le web sinon pour détourner le public présent en temps réel vers le web. Donc chaque support a son identité et sa spécificité. Le transmédia permet de transférer les publics d’un support vers un autre, en touchant les pratiques habituelles de cette cible.

Notons ainsi que cette étude était l’objet d’une communication publiée dans les actes du colloque de l’Université Le Havre, tenue en France, du 06 au 08 juin 2018. Ce colloque avait comme intitulé : « Transparence et opacité des traces numériques « . 

Remarque : Lire également Josiane Jouët : Transparence et opacité des traces numériques

 

Publicités

L’élection américaine est certes terminée, mais la désinformation existe toujours

AJO-1-768x373

Remarque: Cet article a été publié sur le site français de l’Observatoire Arabe du Journalisme.

Le problème de la désinformation sur Internet est de plus en plus évoqué depuis la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine. Cette dernière est certes terminée, mais la désinformation existe toujours.

Après avoir fait le bilan de son premier mois au pouvoir, lors de sa première conférence de presse, le Président américain ne s’arrêtait pas de s’attaquer à la presse et à la désinformation.  Mais il s’est fait remettre à sa place par Peter Alexander, journaliste de la chaine américaine NBC, qui l’a corrigé quand il a prétendu que sa victoire avec 306 voix est « la plus large victoire au collège électoral depuis Ronald Reagan ».

Cette affirmation qu’il répète à chacun de ses discours n’a pas échappé au journaliste de NBC qui l’a démenti en direct : « Vous avez dit que c’était la plus large victoire, mais le Président Barack Obama a obtenu 365 voix ». Trump a essayé de se justifier: « Je voulais dire des républicains ». Mais le journaliste tenace l’a encore rectifié: « Et George Bush a obtenu 426 voix ». Surpris, Trump bafouilla : « On m’a donné cette information, je ne sais pas, on me l’a donnée, on a gagné avec une grosse marge ». Le journaliste ne rata pas l’occasion de le ridiculiser par une question assassine : « Comment les Américains peuvent-ils vous faire confiance alors que vous donnez vous-même de fausses informations ? ».

Les rectifications du Journaliste de NBC ont fait le buzz sur les médias sociaux. Mais ceci n’est pas la seule désinformation enregistrée auprès de Trump, dont la conseillère Kellyanne Conway, est allée jusqu’à inventer un massacre au Kentucky pour justifier l’interdiction faite aux ressortissants de sept pays musulmans d’entrer aux Etats-Unis.

Par ailleurs, lors des élections présidentielles américaines tenues en novembre 2017, de nombreux sites Internet ont participé à la propagation des informations diffamatoires sur Hillary Clinton, la candidate démocrate. Le New York Times a mis l’accent sur l’histoire de Cameron Harris, un jeune diplôme américain en sciences politiques, qui a fait une fortune grâce à son site d’informations ChristianTimesNewspaper.com (CTN) qui avait comme objectif, la propagation des fausses informations. Si Harris a payé 5 dollars pour acheter une adresse email abandonnée sur le site EpiredDomains.net, un article dont la rédaction n’a pas dépassé une quinzaine de minutes, lui a fait gagner 5 000 dollars. Une fois le site a été classé parmi les 20 000 sites les plus consultés sur le web, un évaluateur lui a proposé de le vendre pour un montant compris entre 115 000 et 125 000 dollars.

En même temps, Donald Trump s’est servi des fausses informations pour attaquer ses adversaires à savoir Barack Obama et Hillary Clinton.

La désinformation dans le monde arabe

Victimes des attaques terroristes ou de la présence de « l’Etat islamique », les pays arabes comme la Tunisie, Égypte, la Libye ou la Syrie, ont beaucoup souffert depuis le déclenchement du « Printemps Arabe » de la propagation de plusieurs rumeurs.

En mars 2012, Pierre Piccini Da Prata, rédacteur en chef du journal en ligne Le Courrier du Maghreb et de l’Orient, a signalé sur son blog la désinformation massive en Syrie en se posant la question suivante : « Comment expliquer une telle différence entre la réalité du terrain et les propos tenus dans nos journaux et sur nos petits écrans, qui donnent de la Syrie l’image d’un pays à feu et à sang, où la répression aurait fait plus de six mille morts (un nombre de plus en plus souvent avancé sans emploi du mode conditionnel) ? ».

La propagation des rumeurs a toujours aussi accompagné la vie des hommes politiques notamment pendant les périodes critiques à savoir les élections législatives ou présidentielles.

En même temps, certains médias arabes ont adhéré à ce processus sans se rendre compte vu que les journalistes ne sont pas dotés des pratiques journalistiques correctes, après avoir été depuis toujours soumis à la censure. Bien que des instances de régulation médiatiques soient mises en place, certains médias participent toujours à la propagation des fausses informations, dans le cadre d’un règlement de compte. Exemple du journal en ligne « Thawra News » en Tunisie.

Lutte contre la désinformation à l’heure des médias sociaux

En fait, Internet s’est trouvé au-devant de la scène au moment où la vitalité des institutions démocratiques traditionnelles semblait disparaitre. Ainsi les citoyens ont trouvé refuge dans les nouvelles plateformes en ligne pour s’exprimer librement. Il est devenu difficile de contrôler les informations mais aussi la désinformation.

Aux Etats-Unis, un journaliste du New York Magazine avait lancé une extension de vérification des informations suite l’annonce de la victoire de Donald Trump.

En Allemagne, en novembre 2015, le selfie du refugié Anas Modamani pris en août 2015, avec la chancelière allemande Angela Merkel a été utilisé dans un contexte de désinformation, en faisant un lien avec le terrorisme étant donné que l’Allemagne soutient les demandes d’asile des refugiés syriens.

Ce selfie a commencé à se propager suite à l’attaque terroriste de Bruxelles qui a eu lieu en 2015, ce qui a poussé Modamani à porter plainte contre Facebook pour empêcher la circulation de cette photo sauf que ce média social a répondu qu’il est extrêmement difficile de contrôler les publications des internautes. L’avocat de Facebook a répliqué que la société n’a pas la capacité technique de bloquer les messages abusifs en déclarant : « Il y a des milliards de messages publiés chaque jour sur Facebook. Il n’est pas possible d’inventer cette machine magique qui pourra mettre fin à chaque problème », a déclaré Martin Munz, avocat de Facebook.

De son côté, l’avocat de la victime âgée de 19 ans, a contesté cet argument et a répondu à l’avocat de Facebook « Volkswagen peut-elle simplement dire ? : Nous sommes désolés, nous construisons beaucoup de voitures. Donc, nous ne pouvons pas vraiment assurer votre sécurité ». En soulignant aussi l’histoire controversée de Facebook en ce qui concerne la nudité et la pornographie, il a ajouté : « Quand il s’agissait de nudité ou de pornographie enfantine, Facebook était capable de détecter toutes les images ».

Notons ainsi que Facebook, Google et Twitter ont été capables en 2015 d’examiner et de supprimer le discours haineux en Allemagne dans les 24 heures. Puis Facebook a récemment lancé aussi un système de filtrage de fausses nouvelles en Allemagne et en France avant la tenue des élections législatives dans ces deux pays.

En fait, Facebook et Google ont lancé le 06 février 2017, un partenariat pour mettre à jour les règles de leurs moteurs afin de vérifier l’exactitude des informations relayées sur leurs plateformes. Ils avaient promis de sanctionner les revenus publicitaires des sites propageant intox et désinformation. Il s’agit de Crosscheck, une initiative soutenue par First Draft, une start-up financée par le Google News Lab. Alors si un internaute signale une information erronée sur les médias sociaux et si cela a été confirmé par au moins deux médias partenaires (Connectiv, Le Monde, AFP, BFM-TV, Libération, 20 Minutes, ABC news, Associated Press; etc.) après vérification, un pictogramme sera affiché, mentionnant que l’information est fausse. Mais le post ne sera ni censuré ni supprimé. Il suffit que l’utilisateur clique sur le lien pour avoir plus de précisions.

« Les gens ne sont pas rationnels lorsqu’ils sont en colère », déclare Jenni Sargent, directrice opérationnelle de First Draft et porteuse du projet CrossCheck. Elle ajoute : « Or les médias sociaux permettent aux gens de se comporter en tribus. Des mécanismes cognitifs comme le biais de confirmation renforcent encore ce comportement : les gens ne lisent ou partagent que ce qui va dans le sens de leur propre opinion, et la désinformation circule beaucoup plus vite que le fact-checking ».

Suite à cette annonce Tim Cook, PDG de Apple a ainsi lancé un appel via le journal britannique Daily Telegraph, aux entreprises du secteur technologique afin d’inventer des outils luttant contre la diffusion de fausses informations. Il a appelé néanmoins à mettre en place une « campagne de grande envergure », notamment dans les écoles des ingénieurs en informatique. Il disait :  » Nous traversons une période dans laquelle, malheureusement, ceux qui réussissent sont ceux qui s’emploient à faire le plus de clics possible, pas ceux qui essaient de transmettre la vérité. Cela détruit le cerveau des gens ».

En France, le journal Le Monde a aussi récemment lancé son outil Decodex, avec une extension pour Chrome et Firefox qui avertit l’internaute lorsqu’il est sur des sites jugés peu ou pas fiables. « Ce site diffuse régulièrement de fausses informations ou des articles trompeurs. Restez vigilant et cherchez d’autres sources plus fiables. Si possible, remontez à l’origine de l’information », avertit l’extension. Outre cette extension pour navigateurs, Le Monde a lancé également un moteur de recherche et un bot sur Messenger auxquels l’internaute pourra demander des renseignements concernant un site web.

Par ailleurs, Professeur Mellissa Zimdars, chercheure en médias et communication à l’Université Merrimack à Massachusetts, met à la disposition des internautes un document intéressant via lequel elle présente certaines recommandations ainsi que les étapes à suivre pour analyser les nouvelles informations. Elle propose aussi une liste de sites via lesquels les internautes pourront vérifier cette information ainsi qu’un tableau qui classe les sites américains les plus répandus selon leur fonction : satirique, complot, haine, rumeur ; etc.

D’autres chercheurs travaillent aussi sur des algorithmes destinés à détecter les fausses infos. Le projet Pheme, financé par la Commission européenne et regroupant des experts en informatique, des universités et des journalistes de swissinfo.ch, cherchent à développer des technologies qui puissent aider les journalistes à vérifier la véracité des informations publiées en ligne.

La désinformation est un phénomène mondial classique mais le web 2.0 lui a donné une amplification inconnue auparavant. Journalistes, communicateurs, informaticiens, éducateurs, etc. s’impliquent dans la lutte contre la cyber-désinformation.

Crédit Photo 1 @Haber365 

 

 

Élections américaines 2016: La couverture en direct sur les médias sociaux grâce à « Facebook Live Video »

live_coverage

Nous confirmons que la campagne électorale de Barak Obama en 2008, a été marquée par une exploitation majore des médias sociaux à savoir Facebook et Twitter.

Cette année,  l’application Facebook Live était en usage très avancé alors qu’elle vienne d’être exploitée comme application sur Facebook. Elle n’a pas été seulement utilisée par les hommes politiques mais les médias classiques l’ont aussi exploitée pour assurer une bonne couverture de cet événement international.

Les internautes du monde entier, ont suivi les différentes étapes des élections sur les médias sociaux, comme s’ils étaient au cœur du champ de l’action.

Selon Reuters, Facebook avait des partenariats avec 50 médias qui ont utilisé cette plateforme pour couvrir les élections en direct et attirer plus d’auditeurs. Ces médias ne sont pas juste des chaines télévisées mais la presse écrite et électronique ont été aussi impliquées dans cette nouvelle vague.

Il y a quelques années, nous étions surpris par la couverture  en direct des élections sur les plateformes des médias en ligne. Nous avons assisté dans le passé à des tweets Live. Mais cette année, Facebook a attiré les attentions avec ces vidéos Live.

Ce qui est aussi étonnent, c’est l’exploitation de cette application par les chaines télévisées qui ont déjà la possibilité d’une couverture Live sur leurs antennes. Or il parait que les médias classiques sont devenus beaucoup plus conscients de la présence de leurs auditeurs sur les médias sociaux. Donc de stratégies trans-médiatiques ont été mises en place lors de cet événement pour attirer les auditeurs via les différents supports.

Bien que l’application « Facebook Live » a été exploitée à son début par les citoyens, voilà que les médias l’accaparent. Mais dans un cadre pareil, il est quasi impossible aux citoyens d’avoir accès aux salles du vote et à d’autres lieux privés. Encore une fois, le 4ème pouvoir s’impose mais avec un nouveau outil.

تطور استخدمات مواقع التواصل الاجتماعي في العالم العربي

هذا  المقال نشر في العدد الأول لمجلة اتحاد إذاعات الدول العربية سنة 2016

Ce diaporama nécessite JavaScript.

الإعلام في زمن داعش، تونس بعيون فلسطينيّة *

ملاحظة: نشر هذا المقال بجريدة « حقائق أونلاين » بتاريخ 19- 03 – 2016

كلما ذكر اسم فلسطين، إلا ووجدنا الشعب العربيّ متعاطفا مع القضية الفلسطينيّة. و كلما ارتكب هجوم ضدّ إحدى مدن فلسطين، إلاّ و انطلق أغلب العرب بشوارع مدينتهم، يندّدون بالإحتلال الغاشم و يستنكرون الهجوم الإسرائيلي الوحشيّ. ففلسطين هي رمز العروبة و غزة هي نبض الشارع العربي المتألم. 

و لكن إن كانت نشراتنا الإخباريّة سابقا هي نقل لآلام فلسطين التي ما انفكت تستنزف دمّا، فإنّ الحركات الإرهابيّة على غرار حركة داعش، قد جعلت العديد من البلدان العربيّة تتألم بعد أن فقدت أبناءها و جنودها. و صارت النشرات الإخباريّة التي تنقلها القنوات العربيّة على غرار فرنسا 24 و الجزيرة و البي البي سي تفضل أخبار بلدان الربيع العربي على بقية البلدان العربيّة بعد أن ولّت القضيّة الفلسطنيّة  خبز يوميّ في ظل غياب الحلول.

بالأمس كنّا نبكي فلسطين حين كانت تنزف دمّا و الآن فلسطين هي التي تبكي الدول العربيّة لفضاعة المشاهد التي تنقلها وسائل الإعلام. و إن كانت فلسطين تعاني الكيان الصهيوني فتونس تعاني أبناءها الذين التحقوا بحركة داعش لما يسمونه « بالنضال من أجل قيام دولة الخلافة ». بفلسطين يوجد شعب يدافع عن وطن و بتونس يوجد من يدافع عن دولة الخلافة في زمن لا مكان فيه للعبوديّة. هم يبحثون عن هويّتهم و جهاديي تونس يبحثون عن مناصب و جواري.

الإعلام المسيس والإرهاب الممنهج

ما كان ليخطر ببال أحد قط سابقا أن تتنامى مؤشرات انتشار الأفكار والأنشطة الإرهابية في بلد لطالما عرف عنها الهدوء والاستقرار، ولعلّ تطور عدد عمليّات التجنيد الملحوظة في الفترة الاخيرة من قبل بعد التيارات الدينية المتشدّدة شكلت خطورة حقيقة على صعيد استقرار دول العالم جميعها  بما فيها دول أوروبا التي تعرضت مؤخرا لهجمات وتفجيرات إرهابيّة. لكن ما يثير الاستغراب هو تناقل بعض الوسائل الإعلاميّة أحداث تونس على أنّه بداية سقوط الدولة الآمنة.  و يعدّ هذا أمر غير مقبول بتاتا لأنّ ما يحدث بتونس ما هو إلا معركة تطهير بسيطة تقوم بها قوات الأمن التونسيّة  لدحض عدد بسيط من حملة الأفكار المتطرّفة .

و ما يثير الاستغراب أيضا هو أن قوات الأمن العربيّة بشكل عامّ  والتونسية بشكل خاص تعمل على ردع حملة هذه الأفكار، في الوقت الذي تتناقل فيه وسائل إعلامنا العربية هذه الأخبار على أنّها سبق صحفي وتهول المسائل لغايات سياسيّة تارة وأخرى اقتصاديّة .

ولعلّ إنحراف الإعلام العربّي عن بوصلته الرئيسية في نقل الأخبار كما هي بلا تهويل أو مبالغة، لا بدّ أن يكون له حدّ ونهاية. هذا الإعلام الذي عادة ما يتجاهل قضايا مهمّة ويتناول القضايا البسيطة على أنّها قضايا خطيرة.

وحقيقة لا بدّ من ذكر كلمة حق في رجال الأمن التونسيين الذين يتوانوا في تقديم أنفسهم وأرواحهم فداء  لوطنهم مهما كانت التضحيات، وأبلوا بلاءً حسنا في كشفهم للمخطط الخارجي باكرا بإيقافهم لعدد من العناصر الإرهابيّة التي تسللت لدولتهم من دول الجوار وقتلهم عدد آخر حاول بلبلة الشارع وزرع الخوف والإرهاب في نفوس المواطنين. وهنا لا بد من الإشادة بهؤلاء الرجال اللذين حققوا نجاحات في وقت زمني قصير. وما يسعنا إلا نقول لهؤلاء الرجال وباقي رجال الأمن في الدول العربيّة الأخرى أنّه لولاكم لسقطت جميع دولنا العربيّة بسبب إعلام مسيس إنحرفت بوصلته الرئيسيّة في الدفاع عن قضايا وهموم الأمة لإعلام بات آخر همّه إمّا كسب المال أو تحقيق مصالح للدولة التي يتبع لها، ف لله دركي يا تونس على ما أبتليتي به .

الإرهاب في زمن الميديا الجديدة

بالأمس كنّا نتابع آخر أخبار فلسطين عبر وسائل الإعلام التقليدية على غرار القنوات الفضائية و الصحف العالميّة، أمّا اليوم فباتت وسائل الإعلام الاجتماعي لاسيّما الفيسبوك و اليوتوب منّصات لتناقل آخر أخبار العمليّات الإرهابيّة التي تعيشها تونس , و لم تعد وسائل الإعلام التقليدية كفيلة لوحدها بنقل الأخبار بعد أن توفرت المعلومات بوسائل الإعلام الإجتماعيّة، ممّا دفع أغلب الإعلامية التقليدية و الإلكترونيّة منها لفتح فضاءات لها عبر العالم الإفتراضي في زمن إندماج وسائل الإعلام.

في الأثناء، تفطنت الحركات الإرهابيّة لاسيّما داعش إلى قوة هذا النوع من الإعلام إمكانيّة بثّ رسائلها إلى كافة أرجاء المعمورة عبر الإعلام الإجتماعي، فعمدت إلى نشر فيديوهات إعدام رهائنها لبث الرعب في صفوف المعارضين لفكرها.

و إن كانت أخلاقيات المهنة الصحفيّة تفرض على وسائل الإعلام التقليدية عدم نشر مقاطع القتل فإنّ الضبط الإعلامي قد غاب عن رواد الإعلام الإجتماعي و بات من السهل تناقل أخبار الحركات الإرهابيّة عبر هذه المنابر الحديثة، لكن المواطن التونسي تبنّى بدوره هذه المنصات لمحاربة داعش بعد أن تفنن في نشر صور القتلى الإرهابيين إثر حادثة بن قردان. و هكذا أصبح للإعلام الإجتماعي دور فعال في  نقل أخبار الإرهاب.

خلاصة القول، قد يختلف الإطار بتونس و فلسطين و لكن كلا البلدين في حالة حرب: واحد ضدّ حركة داعش الإرهابيّة و الآخر ضدّ الكيان الصهيوني. و قد فرض تطور وسائل الإعلام على الأفراد تبنّي منصات حديثة و صار الجميع فردا فاعلا فيا هذه الثورة الاتصاليّة ما يؤكد أنّ الإعلام الكلاسيكي مسيّس و الإعلام الحديث مسيّس و كلّ يسعى إلى التأثير في الآخر وفق أجنداته السياسيّة.

 

 

* إياس فارس – أستاذ و باحث في علوم الإعلام و الاتصال بجامعة فلسطين بقطاع غزة (فلسطين)

* نهى بلعيد – أستاذة و باحثة في  علوم الإعلام و الاتصال بجامعة منوبة (تونس)