Archives de Catégorie: Le monde des Médias

دليل صحافة البيانات

ساهمت أزمة الصحافة الورقيّة في تطوّر صحافة البيانات بعد عزوف عدد كبير من القرّاء بالعالم عن مطالعة الصحف، فاندثار صحيفة « السفير » بالعالم العربي سنة 2017 كانت إعلانا لناقوس الخطر الذي يحدّق بالصحافة الورقية. وقد تتالت فيما بعد ظاهرة غلق بعض الصحف الورقيّة سواء بتونس أو لبنان أو مصر أو غيره. وقرّر مؤسسو هذه الصحف الورقيّة بعث نسخ الكرتونية في محاولة لمواجهة تحديّات الساحة الإعلاميّة. كما ساهمت وفرة المعلومات بعد أن كانت نادرة في السابق إلى سعي الصحفيين إلى البحث عن طريقة جديدة لمعالجة الكمّ الهائل من المعلومات التّي يتحصلون عليها.

وقد تطوّرت فعليّا صحافة البيانات خلال السنوات العشر الأخيرة مع انتشار الوسائط الإلكترونية الحديثة (الحاسوب المحمول، اللوحة، الهاتف الذكي، الخ) والميديا الاجتماعية (الفايسبوك، التويتر، الانستغرام، الخ). وكان هذا من ضمن العوامل التي ساهمت في اندثار بعض الصحف الورقيّة بعد أن أصبحت الأخبار تبثّ بصفة آنية.

هذا الدليل موجّه لكلّ الفاعلين في مجال الإعلام والراغبين في ممارسة صحافة البيانات على غرار أساتذة وطلبة الإعلام والصحفيين المهنيين ومطوري البرمجيات ومصممّي الغرافيك وغيرهم حتّى يساعدهم على بناء قدراتهم في سرد قصة صحفيّة من خلال البيانات. وقد تمّ اعداده أيضا ليكون مرجعا للمدربّين والمتدربين خلال الدورات التكوينية المبرمجة .

لمطالعة الدليل كاملا

http://datajournalismhandbook.egovsociety.tn/

الصحافة السودانية: أيّ مصير ينتظرها ؟

7 countries, 9 teachers: a dossier of data journalism

It doesn’t matter which country you’re in, or what university you visit, there’s a common refrain that you’ll hear in the halls of J-schools across the globe: “I’m not good at math”

Check the full text on « Data Journalism.com » by European Journalism Centre

All over the world, and even in Tunisia, media landscapes have developed to the point that the job market today requires technical skills, as well as linguistic skills, to carry out real journalistic work.

Lire la suite

UNESCO’S WORLD PRESS FREEDOM DAY

Retour en vidéo sur la célébration mondiale de l’UNESCO de la Journée Internationale de la Liberté de Presse, cette année (2019) en Ethiopie.

Bilan RSF des violences contre les journalistes en 2018 : 59 journalistes en otage en Syrie, en Irak et au Yémen

Crédit Photo @Paris Match

En 2018, 80 journalistes ont été tués, 348 sont actuellement en détention et 60 sont otages. Tel qu’il a confirmé par le bilan annuel de Reporters Sans frontières (RSF). Ce sont des chiffres qui « traduisent une violence inédite contre les journalistes ».

En fait, il s’agit d’une évolution du nombre des journalistes professionnels tués, avec une hausse de 15% : 63 homicides en 2018 (pareil en 2016) contre 55 en 2017. La majorité des journalistes tués est composée des hommes dont fait partie d’ailleurs, le journaliste saoudien Jamal Khashoggi. De même, onze journalistes syriens en sont victimes. Il s’agit de deux journalistes professionnels, huit non professionnels et un collaborateur de médias, qui étaient presque tous tués dans des bombardements.

Lire la suite

Accès à l’information : La Tunisie, le Maroc et la Mauritanie soutiennent le OPEN GOV

Le séance plénière du séminaire

Remarque : Cet article a été publié sur le site de l’Observatoire Arabe du Journalisme

Quelques jours après les Assises du Journalisme de Tunis, la Tunisie a abrité du 22 au 23 novembre le séminaire régional des gouvernements ouverts, dans le cadre du Projet d’Appui aux Gouvernements Ouverts Francophones (PAGOF). Quatorze pays ont pris part à cet événement notamment trois pays arabes : la Tunisie, le Maroc et la Mauritanie.

De nombreuses personnalités acteurs de la vie politique et de la société civile, ont marqué leur présence lors du lancement de cet événement, pour présenter les bonnes pratiques à adopter, notamment M. Kamel Morgane ministre chargé de la fonction publique, de la modernisation de l’administration et des politiques publiques, qui a confirmé que le Gouvernement ouvert présente un défi réel pour pérenniser la démocratie. Ainsi, ce séminaire considère selon lui, une opportunité pour lancer le débat autour de cette thématique qui interpelle de nombreux pays francophones. Il s’agit d’après lui, d’un nouveau mode de gouvernance ayant pour base les principes du gouvernement ouvert pour une administration de qualité, équitable et qui répond aux exigences économiques.

Lire la suite

Comment assurer la sécurité des journalistes tunisiens ?

@Crédit_photo_Slate

Après une année de travail de monitoring, le Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) a présenté jeudi dernier, dans le cadre d’une conférence de presse, la liste des recommandations issues du deuxième rapport annuel de l’unité de monitoring du centre de sécurité professionnelle.

Ces recommandations sont réparties selon les rôles des 5 acteurs : le gouvernement tunisien, le Pouvoir judiciaire tunisien, le Législateur tunisien, le Ministère de l’Intérieur et la Commission suprême des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Quant au gouvernement tunisien, il est appelé à :

  • Renforcer ces efforts diplomatiques en faveur du dossier des journalistes Soufiène Chourabi et Nadhir Guetari disparus en Libye depuis le 08 novembre 2014, afin de découvrir la vérité ;
  • Annoncer publiquement les agressions et les attaques graves commises contre les journalistes en Tunisie ;
  • Diffuser les résultats des enquêtes administratives menées auprès des agents de l’État, des agents de sécurité et des agents publics, impliqués dans des attaques menées contre des journalistes.

Selon le rapport, le pouvoir judiciaire tunisien est appelé aussi à développer ses stratégies et ses plans pour découvrir l’histoire cachée de la disparition forcée des deux journalistes évoqués. Cependant, il est également amené à :

  • Mener des enquêtes impartiales, rapides et efficaces à propos des situations d’agressions de journalistes et remettre en questions les responsables coupables pour que ces situations ne se répètent plus ;
  • Nommer les personnes qualifiées pour diriger les enquêtes portant sur les agressions menées contre des journalistes et, adopter des méthodes et des procédures d’enquête compatibles avec les caractéristiques du travail journalistique ;
  • Arrêter de poursuivre les journalistes pour leurs travaux journalistiques en dehors du cadre de la loi organisant la liberté de la presse, de l’imprimerie et de l’édition en Tunisie.

S’agissant du législateur tunisien, il est appelé à :

  • Renforcer les garanties juridiques visant à protéger la liberté d’opinion et d’expression ainsi que la sécurité de la presse dans les projets de loi, et à respecter le principe de non-retrait des acquis obtenus dans le domaine de ces libertés ;
  • Prendre des décisions claires mettant fin aux pratiques qui entravent la liberté de la presse, de l’impression et de la publication ;
  • Remettre en question les représentants de l’État, et en particulier des forces de l’ordre, en cas d’attaques menées contre les journalistes et la liberté de la presse.

Le Ministère de l’Intérieur devrait aussi :

  • Accélérer l’adoption d’un projet de code de conduite régissant les relations entre les forces de sécurité intérieure et les représentants des médias, qui a été élaboré de manière participative avec les institutions professionnelles depuis 2014.
  • Annoncer auprès des acteurs du ministère qui se trouvent sur terrain que la carte de presse professionnelle est la seule carte d’identité pour un journaliste, et que l’autorisation écrite est une procédure exceptionnelle appliquée uniquement pour prendre en photo les bâtiments de l’extérieur.
  • Soutenir les efforts de la cellule de crise pour faciliter le contact des journalistes avec les membres de cette cellule.
  • Remettre en question les forces de l’ordre, en cas d’attaques menées contre les journalistes et la liberté de la presse.

Le rapport du SNJT s’est adressé également à la Commission suprême des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Cette dernière est appelée à :

  • Activer son mandat et ses pouvoirs dans le domaine de la protection de la liberté d’opinion et d’expression et de la sécurité des journalistes en enquêtant sur les cas de menaces, d’incitation, d’agressions matérielles et morales menés contre les journalistes et en prenant les mesures nécessaires.
  • Concevoir et mettre à jour la base de données qui rassemble les cas d’agressions menés contre les journalistes en tenant compte de la spécificité de ces agressions.
  • S’engager davantage dans la mise en œuvre du plan des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité, en développant un plan national pour la sécurité des journalistes visant à promouvoir et à protéger la liberté de la presse et des médias en Tunisie.
  • Mettre en place un mécanisme ou un comité durable au sein de la Commission, chargée de la sécurité des journalistes, pour surveiller et enquêter sur les menaces et les agressions matérielles et morales à l’encontre de journalistes membres, et prendre les mesures nécessaires.